Vêtu d'un grand manteau comme un consul de Rome,
Et qui me semblait noir sur la clarté des cieux.
Ce passant s'arrêta, fixant sur moi ses yeux
Brillants, et si profonds, qu'ils en étaient sauvages,
Et me dit: - J'ai d'abord été, dans les vieux âges,
- Une haute montagne emplissant l'horizon ;
- Puis, âme encore aveugle et brisant ma prison,
- Je montai d'un degré dans l'échelle des êtres,
- Je fus un chêne, et j'eus des autels et des prêtres,
- Et je jetai des bruits étranges dans les airs ;
- Puis je fus un lion rêvant dans les déserts,
- Parlant à la nuit sombre avec sa voix grondante ;
- Maintenant, je suis homme, et je m'appelle Dante. ..." />



Merci à vous de visiter ce site



    * Dernières nouveautés



Éternels Éclairs
Poésie Peinture

Écrit sur un exemplaire de la "Divina Commedia"


Un soir, dans le chemin je vis passer un homme
Vêtu d'un grand manteau comme un consul de Rome,
Et qui me semblait noir sur la clarté des cieux.
Ce passant s'arrêta, fixant sur moi ses yeux
Brillants, et si profonds, qu'ils en étaient sauvages,
Et me dit: - J'ai d'abord été, dans les vieux âges,
- Une haute montagne emplissant l'horizon ;
- Puis, âme encore aveugle et brisant ma prison,
- Je montai d'un degré dans l'échelle des êtres,
- Je fus un chêne, et j'eus des autels et des prêtres,
- Et je jetai des bruits étranges dans les airs ;
- Puis je fus un lion rêvant dans les déserts,
- Parlant à la nuit sombre avec sa voix grondante ;
- Maintenant, je suis homme, et je m'appelle Dante.


Victor Hugo
Les contemplations



Autres pages concernant ce poète : Les Oeuvres de A à Z - Le Florilège de poèmes - La Biographie






Merci à vous d'être venu(e) lire le poème
« Écrit sur un exemplaire de la "Divina Commedia" » de Victor Hugo
sur les Éternels Éclairs.



« Éternels Éclairs : Sources de poésies »


Webdesigner : Mathieu Jacomy    -    Webmaster : Stéphen Moysan
Contact : stephen.moysan@gmail.com


Partenaires référencement