Éternels Éclairs

Croquis sur l'amour
Stéphen Moysan

Croquis, Bergues Laurent

2 premières semaines d'avril 2022

image CC BY NC SA Droit d'utiliser à des fins non commerciales, de partager ou d'adapter l'Œuvre. Pour cela, vous devez la créditer, intégrer un lien vers cette page du site et indiquer si des modifications ont été effectuées. Les nouvelles Œuvres créées à partir de celle-ci seront sous les mêmes conditions.

Je rêve souvent de cette femme De ses baisers au goût sucré, Où nos langues s’enroulent de poésie Qui donne faim de croquer la vie. Et dans le feu de nos imaginations Attisé par la chaleur de nos corps, Nos mains inventent un nouveau langage Où l’amour répond à l’amour dans la transe des cœurs.

— Stéphen Moysan,
Croquis sur l'amour

Chaque jour, chaque nuit Tu es ma lumière Tu es mon essence ciel Je roule pour toi vers l’au-delà, Ton regard, ton sourire, tes mains Les meilleurs moments de ma vie, Un monde s’élève en toi Mon amour, mon paradis.

— Stéphen Moysan,
Croquis sur l'amour

Contre la bêtise qui enferme les cieux, J’ai visé l’horizon de ton amour, Contre ceux qui font de l’univers un enfer, En enfer, pour toi, j’irais pour toujours. Puisque tu inspires tous les mots du poète, Et qu’à t’aimer mon cœur est à la fête, J’ai prié pour pouvoir pécher à tes cotés Et vivre ton éternité dans chaque seconde.

— Stéphen Moysan,
Croquis sur l'amour

C’est le soleil de la vie Et le vent de l’espoir Quand il pleut tristesse En pleine tempête d’émotions, Ça brûle la peau de désirs Et fait passer l’orage Dans des tornades de plaisirs L’amour météo.

— Stéphen Moysan,
Croquis sur l'amour

Les roses sont rouges, Les violettes sont bleues, Les soucis sont oranges, Le soleil jaune a la main verte, Les clochettes ne sonnent pas, Les lupins volent le sol riche, Les iris brillent dans les yeux, Marguerite, le parfum des je t’aime.

— Stéphen Moysan,
Croquis sur l'amour

Amour, strié de rides et de rires Qui jadis était le printemps Et qui à présent le voit Dans la joie des enfants, Ne fait pas tout un monde Des rayons du soleil, Quand le ciel se couche Et que brille sa bonne étoile.

— Stéphen Moysan,
Croquis sur l'amour

Je suis plein de toi Dans le vide que tu laisses. Je porte en moi les mots du manque D’un amour éphémère qui restera éternel. La poésie transperce le silence déchiré, Elle met la vie hors du temps. Il paraît que le monde respire d’aimer, Je crois qu’il manque d’oxygène.

— Stéphen Moysan,
Croquis sur l'amour

Pour qui aimer est un mal Pour qui l’amitié est condamnable Pour qui l’étranger doit le rester Pour qui est incapable de donner Pour qui n’a pas appris à partager Pour qui a l’innocence condamnée Pour eux et pour tous les autres aussi Pour qui la poésie peut tout changer.

— Stéphen Moysan,
Croquis sur l'amour

En cherchant le talent J’ai trouvé la poésie, Le talent n’est rien, La poésie suffit. Embrasser le corps Des mots qu’on aime C’est aussi beau Que la bouche d’une femme.

— Stéphen Moysan,
Croquis sur l'amour

Contre la force du réel Musclons les imaginaires, Exigeons plus du Monde, Demandons lui la Lune. Au pays des mots L’état de la vie, T’es rien Terrien Sans amour, sans poésie.

Vers 7 : Hubert-Félix Thiéfaine
— Stéphen Moysan,
Croquis sur l'amour
}