Merci à vous de visiter ce site



    * Dernières nouveautés



Éternels Éclairs
Poésie Peinture


Les cris de la mélancolie

Recueil de poèmes de Stéphen Moysan




Francis Picabia : Composition (tableau pivoté 90°)






Janvier - Mi février 2019




Droit d'utiliser à des fins non commerciales, de partager ou d'adapter l'Œuvre. Pour cela, vous devez la créditer, intégrer un lien vers cette page du site et indiquer si des modifications ont été effectuées. Les nouvelles Œuvres créées à partir de celle-ci seront sous les mêmes conditions.




Au lecteur


Errant seul
Dans le désert
Le Soleil d’été !
Pareille,
Mon âme dans la vie.

Je n’ai rien à offrir
À la société
Juste des poèmes
Sans plus d’espoir
Les cris de la mélancolie.

Stéphen Moysan
Les cris de la mélancolie

Des mots sur les maux


Il y a les mal aimés, les mal-logés,
Les mal lunés, les mal intentionnés,
Les malfaisants, les mal partis,
Ou les mal barrés, et les mal venus,
Mais également : les mal-en-point,

Les malgré nous, les malgré moi,
Les fleurs du mal, ce mal nécessaire,
Un grand mal-être, le mal du pays,
J’ai mal au cœur, sans malentendu,
Je ne veux pas que ça finisse mal.

Stéphen Moysan
Les cris de la mélancolie

Pensées noires


Ne pas vivre ensemble
C’est mourir seul.
Mais vivre parmi les hommes
C’est trop souvent apprendre
À supporter l’insupportable.

Espoir, je t’ai cherché
Dans l’horreur d’être là
Où tu n’es pas.
Pour moi, le bonheur
C’est peine perdue.

Stéphen Moysan
Les cris de la mélancolie

Rechercher l’Illumination


Tristesse intérieure
Folie qui grandit
Quand ma voix dessine
Le futur du monde,
L’horizon s’obscurcit.

Avoir des pensées noires.
Et pourtant,
Vouloir briller comme un soleil
Sans être jaloux des étoiles
Qui éclairent les heures sombres.

Stéphen Moysan
Les cris de la mélancolie

S.O.S


On dit : être libre comme l’air,
Mais être libre comme l’air
C’est être en prison dans l’espace.
Il y a toujours une atmosphère qui nous enferme
Et on ne peut respirer sans elle.

Je suffoque de vivre dans l’air du temps !
Quand je veux
Liberté, égalité, fraternité
Dans le monde des hommes
J’espère l’impossible.

Stéphen Moysan
Les cris de la mélancolie

Une évolution sécuritaire


Manifester à 20 ans -
Après avoir découvert
La société malade
D’un virus qui se transmet
« Le besoin d’argent ».

Et alors comprendre :
Comme le gourdin
Pour l’homme préhistorique
La matraque est
Le prolongement du bras du flic.

Stéphen Moysan
Les cris de la mélancolie

Début et conséquence


Un espoir de jeunesse
Alcool, musique et cannabis
Premiers écrits
Chercher la poésie
Sachant à peine parler.

Et dans les braises
D’une folle alchimie
Plus tard, trouver le feu
Pour enflammer les mots
Sans qu’ils finissent brûlés.

Stéphen Moysan
Les cris de la mélancolie

Le grand cafard


Tic-Tac l’horloge
Plic-Ploc la pluie
Clic-clac mon lit
Je suis une loque
Et je m’allonge.

Aussi quel choc
Et même je craque
Je pleure l’époque
Les jours patraques
Plus rien ne va.

Stéphen Moysan
Les cris de la mélancolie

Mauvaise voie


Perdre le contrôle
En pensant tout maitriser
Dans ce monde d’illusions
Une folle expérience
J’en ai peur.

Je cherche un ailleurs
Où il fait bon être ici.
Attention à où vous allez !
Je suis comme un chemin perdu
Me marcher dessus ne mène nulle-part.

Stéphen Moysan
Les cris de la mélancolie

Le mendiant


« Si la richesse oblige à se taire
De peur de faire des envieux,
La pauvreté oblige à réclamer -
J’aimerais garder le silence
Mais j’ai besoin d’une pièce : SVP. »

Dans le métro
Comme un épouvantail,
Le mendiant,
Il fait fuir les égoïstes,
Alors il reste seul.

Stéphen Moysan
Les cris de la mélancolie

D’après le sage


D’après le Sage,
Ainsi évolue le jeu de la vie :
Les enfants jouent à cache-cache,
Les adultes se cachent en eux même !
- Essayons de nous trouver.

Quand tout est à vendre
Qui pense à s’acheter une conscience ?
À faire don de soi, il y a tant à gagner !
Un vrai trésor ne perd pas de sa valeur,
S’il est partagé.

Stéphen Moysan
Les cris de la mélancolie

Désespoir


Mes yeux pleurent le monde.
Ma bouche crie : « pitié »
Mes oreilles veulent entendre :
« Les hommes sont coupables ».
J’ai perdu la tête.

La folie n’est pas si grave
Quand leurs raisons nous dirigent !
Je crains que l’espoir soit illusion
Que les mensonges prolongent
Lorsqu’on ne peut se passer de croire.

Stéphen Moysan
Les cris de la mélancolie



Merci à vous d'être venu(e) lire
Les cris de la mélancolie
sur les Éternels Éclairs.



« Éternels Éclairs : Sources de poésies »


Webdesigner : Mathieu Jacomy    -    Webmaster : Stéphen Moysan
Contact : stephen.moysan@gmail.com


Partenaires référencement