Éternels Éclairs

Je vis en Poésie
Stéphen Moysan

Henri Matisse : Le bonheur de vivre

Fin Mai 2022

image CC BY NC SA Droit d'utiliser à des fins non commerciales, de partager ou d'adapter l'Œuvre. Pour cela, vous devez la créditer, intégrer un lien vers cette page du site et indiquer si des modifications ont été effectuées. Les nouvelles Œuvres créées à partir de celle-ci seront sous les mêmes conditions.

Par des images La poésie Dessine son tableau. Les mots Comme une musique Faisant résonner le silence. Ecrire - Un art de vivre Et une sagesse.

— Stéphen Moysan,
Je vis en Poésie

Nous sommes le vent La voix des évidences Dans la tragédie des cieux. Nous sommes la pluie Et le regard du temps Qui pleure le soleil disparu. Nous sommes l’orage Quand gronde notre colère Face à l’état du monde.

— Stéphen Moysan,
Je vis en Poésie

Qui n’écoute pas la voix du cœur Se sent vulnérable Face à la dictature des émotions. En quête d’espoir J’essaie de trouver le beau Dans ce que la vie a sali. Il n’ait pas besoin d’avoir La tête à l’envers pour voir Le monde sens dessus dessous.

— Stéphen Moysan,
Je vis en Poésie

Sous ce même ciel Notre baiser Il y a si longtemps. Pensée du soir Je me souviens de toi Des étoiles plein la tête. Sur une flaque d’eau Tu voulais planter un clou Pour fixer la lune.

— Stéphen Moysan,
Je vis en Poésie

Avec l’infini Pour reflet Lumière du ciel. Dans l’océan d’azur Mon esprit Noyé d’étoiles. Et puis d’un coup L’envol d’un Hibou Emporte le silence.

— Stéphen Moysan,
Je vis en Poésie

Si tu crois Que tu ne crois pas Tu es un croyant. Loi de l’existence - Suite au choc de la vie La mort est brutale. Comment apprécier La valeur des choses Sans risquer de les perdre.

— Stéphen Moysan,
Je vis en Poésie

Effluves d’été - Fleurs du soleil Colza et Tournesols. Swing des feuilles Les notes du vent Dans un rythme de jazz. Surfant sans se mouiller Le lézard sur les vagues De la tôle ondulée. *

— Stéphen Moysan,
* D’après une idée de Robyn Cairns , Australie
Je vis en Poésie

Les enfants jouent Au chat et à la souris - Un rire chasse l’autre. Sur la plage Courir jusqu’au bout De mes pensées. Les belles aux seins nus Quelle chaleur ! Le plaisir d’un thé froid.

— Stéphen Moysan,
Je vis en Poésie

Nuit au jardin, De la poussière d’étoiles Sur les lilas. La lune est mince - Le parfum des fleurs Plus léger.* Festival d’été - Avec la musique du vent La danse des lucioles.

— Stéphen Moysan,
* D’après une idée de George Steel, USA
Je vis en Poésie

Quand l’esprit Rêve le jour De dormir la nuit, Que sourire Est plus douloureux Que pleurer, On finit épuisé De courir à contre sens De sa vie.

— Stéphen Moysan,
Je vis en Poésie
}