Éternels Éclairs

Que continue votre monde
de l'impérialisme de la pensée des cons
Stéphen Moysan

Jef Aerosol, Dali

Début décembre 2021

image CC BY NC SA Droit d'utiliser à des fins non commerciales, de partager ou d'adapter l'Œuvre. Pour cela, vous devez la créditer, intégrer un lien vers cette page du site et indiquer si des modifications ont été effectuées. Les nouvelles Œuvres créées à partir de celle-ci seront sous les mêmes conditions.

J’ai cru en la poésie En cette sorcellerie évocatrice, Source inépuisable de suggestions Qui creuse le ciel. Être un homme dans l’air du temps M’a toujours paru être bien hideux, Et si je sais que je ne suis pas sage, J’ai voulu m’éloigner du chemin des fous.

— Stéphen Moysan,
Que continue votre monde de l'impérialisme de la pensée des cons

Du fond de l’éternité, J’ai la blessure du condamné, Pour cette vérité qui fait mal, J’ai tant de larmes. Souffrance d’un cœur qui saigne, À trop dire adieu après je t’aime, À trop taire sa propre mélodie, Cette nuit j’écris : je cris !

— Stéphen Moysan,
Que continue votre monde de l'impérialisme de la pensée des cons

Ma poésie a chanté en vain - Il ne viendra pas le temps De la justice, de la lumière, De la dignité de tous les hommes. Ma vraie vie est absente, J’ai perdu le combat spirituel, Le ciel semble sourd À ceux qui sont là.

— Stéphen Moysan,
Que continue votre monde de l'impérialisme de la pensée des cons

Pour tout dire Les mots me manquent, Même s’il en faut peu Pour exprimer l’essentiel. Chanter la vie en poésie, c’est Donner de la joie, et je me demande : Si le monde brule et que l’on pleure, Nos larmes éteindront-elles le feu ?

— Stéphen Moysan,
Que continue votre monde de l'impérialisme de la pensée des cons

Si je crains plus La souffrance que la mort, Comment ne pas vouloir Être délivré de la vie ? Je m’intéresse à toutes révoltes Qui sont les chemins vers la liberté, Et si je me cache derrière la poésie, C’est pour mieux me dévoiler.

— Stéphen Moysan,
Que continue votre monde de l'impérialisme de la pensée des cons

Ça devient une habitude, Dans mon pays, le fascisme, Sur les chemins du pire, Apporte la crainte et les désastres. Pris dans les flots des batailles nocturnes, Il revient nous donner l’aube en sang, Et sous ce ciel sans astres, L’âme neuve de notre antique démence.

— Stéphen Moysan,
Que continue votre monde de l'impérialisme de la pensée des cons

Je veux vivre d’infini Pour dépasser l’existant immédiat, Approcher la pensée des anges Loin de la trahison réelle de l’unité. Ne plus être atteint par leur maladie Au milieu des concepts, Ne plus être obligé d’écrire Pour sortir de l’enfer.

— Stéphen Moysan,
Que continue votre monde de l'impérialisme de la pensée des cons

Dans les nuits de nos villes Elles s’éteignent, Aussi, partons en campagne, Il est temps de rallumer les étoiles. Si l’homme préférait l’obscurité, Il n’aurait pas inventé le feu, Alors si vous aimez la lumière, Faites que demain ne soit pas incolore.

— Stéphen Moysan,
Que continue votre monde de l'impérialisme de la pensée des cons

Un poème est une porte Dont le lecteur détient la clef, J’écris pour que mes échecs Soit la réussite d’autre chose. Ce que je cherche à dire : C’est que si tu veux l’éternité, Aie du temps pour l’amour, Le don de soi est un achèvement.

— Stéphen Moysan,
Que continue votre monde de l'impérialisme de la pensée des cons

Au cœur du monde, il y a la gravité Et la pesanteur de l’instant, L’air, la mer et la terre, Qui nous font cadeau d’un présent. Cet air de rien, cette mère de tout, La Terre planète qui fait tourner le temps, Et ces désirs d’échanges profonds Dans des silences qui nous ressemblent.

— Stéphen Moysan,
Que continue votre monde de l'impérialisme de la pensée des cons
}