Merci à vous de visiter ce site



    * Dernières nouveautés



Éternels Éclairs
Poésie Peinture

La beauté


Splendeur excessive, implacable,
Ô beauté, que tu me fais mal !
Ton essence incommunicable,
Au lieu de m’assouvir, m’accable :
On n’absorbe pas l’idéal.

L’éternel féminin m’attire,
Mais je ne sais comment l’aimer.
Beauté, te voir n’est qu’un martyre,
Te désirer n’est qu’un délire,
Tu n’offres que pour affamer !

Je porte envie au statuaire
Qui t’admire sans âcre amour,
Comme sur le lit mortuaire
Un corps de vierge, où le suaire
Sanctifie un parfait contour.

Il voit, comme de blanches ailes
S’abattant sur un colombier,
Les formes des vivants modèles,
À l’appel du ciseau fidèles,
Couvrir le marbre familier ;

Il les choisit, il les assemble,
Tel qu’un lutteur, toujours debout,
Et quand l’ébauche te ressemble,
D’aucun désir sa main ne tremble,
Car il est ton prêtre avant tout.

Calme, la prunelle épurée
Au soleil austère de l’art,
Dans la pierre transfigurée
Il juge l’oeuvre et sa durée,
D’un incorruptible regard ;

Mais, quand malgré soi l’on regarde
Une femme en ce spectre blanc,
À lui parler l’on se hasarde,
Et bientôt, sans y prendre garde,
Dans la pierre on coule du sang !

On appuie, en rêve, sur elle
Les lèvres pour les apaiser,
Mais, amante surnaturelle,
Tu dédaignes cet amant frêle,
Tu ne lui rends pas son baiser.

Et vainement, pour fuir ta face,
On veut faire en ses yeux la nuit :
Les yeux t’aiment et, quoi qu’on fasse,
Nulle obscurité n’en efface
L’éblouissement qui les suit.

En vain le coeur frustré s’attache
À des visages plus cléments :
Comme une lumineuse tache,
Ta vive image les lui cache,
Dressée entre les deux amants.

Tu règnes sur qui t’a comprise,
Seule et hors de comparaison ;
Pour l’âme de ton joug éprise
Tout autre amour n’est que méprise
Qui dégénère en trahison.

Celles qu’on aime, on les désole,
Car, mentant même à leurs genoux,
Sans le vouloir on les immole
À toi, la souveraine idole
Invisible à leurs yeux jaloux.

Seul il sent, l’homme qui te crée,
Tes maléfices s’amortir ;
Sa compagne au foyer t’agrée
Comme une étrangère sacrée
Qui ne l’en fera point sortir.

L’artiste impose pour hôtesse,
Dans son coeur comme dans ses yeux,
L’humble mortelle à la déesse,
Vouant à l’une sa tendresse,
À l’autre un culte glorieux !

Jamais ton éclat ne l’embrase :
T’enveloppant, pour te saisir,
D’une rigide et froide gaze,
Il n’a de l’amour que l’extase,
Amoureux sauvé du désir !


Sully Prudhomme
Les vaines tendresses



Autres pages concernant ce poète : Les Oeuvres de A à Z - Le Florilège de poèmes - La Biographie






Merci à vous d'être venu(e) lire le poème
« La beauté » de Sully Prudhomme
sur les Éternels Éclairs.



« Éternels Éclairs : Sources de poésies »


Webdesigner : Mathieu Jacomy    -    Webmaster : Stéphen Moysan
Contact : stephen.moysan@gmail.com


Partenaires référencement