Éternels Éclairs

J'ai voulu dire ce que ça dit
Stéphen Moysan

Titre référence à Arthur Rimbaud Jackson Pollock : Les gardiens du secret

Début février 2024

image CC BY NC SA Droit d'utiliser à des fins non commerciales, de partager ou d'adapter l'Œuvre. Pour cela, vous devez la créditer, intégrer un lien vers cette page du site et indiquer si des modifications ont été effectuées. Les nouvelles Œuvres créées à partir de celle-ci seront sous les mêmes conditions.

Je te cœur Tu me sang On s’électrise Atomes crochus. Tu me zen Je te prie Notre religion L’amour infini.

— Stéphen Moysan,
J'ai voulu dire ce que ça dit

Je te lune Tu m’étoiles Vision singulière Nous dans l’unité. Tu m’inspires Je t’expire Souffle de lumière La vie c’est aimer.

— Stéphen Moysan,
J'ai voulu dire ce que ça dit

Tu danses la lune Tu swings le soleil Tu vagues les nuages Tu nages dans les airs. Tu envoles tes rêves Dans des pays sans frontières Tu étoiles la Terre D’amour et de lumière.

— Stéphen Moysan,
J'ai voulu dire ce que ça dit

Tu manuscrits la vie Dans des phrases de couleurs Quand le noir t’envahit Le bleu te soulage. Rouge la tristesse sanguine Vert pour le mieux vivre Jaune sur fond blanc Ton soleil dans leurs nuages.

— Stéphen Moysan,
J'ai voulu dire ce que ça dit

Coulée de pensées Lave de conscience En feu la forêt intérieure Tout brûle même la pluie. Tempête dans la tête Emotions qui volcanisent Eruptions de sentiments Qui font bouillir l’esprit.

— Stéphen Moysan,
J'ai voulu dire ce que ça dit

Je langue des mots Je paye ma pauvreté Pas d’argent pour s’offrir Le bonheur en liquidité. Ce monde imparfait M’offre le présent de la vie Je me conjugue au conditionnel En vapeurs les certitudes.

— Stéphen Moysan,
J'ai voulu dire ce que ça dit

J’ai peine de la joie J’ai le rire qui pleure Le temps ne dure pas Mais tristesse demeure. Sous clôtures la liberté Des paysans de la société Nos pesticides font pousser Ce qu’on mange de bonheur.

— Stéphen Moysan,
J'ai voulu dire ce que ça dit

Blessure existentielle Trauma de l’âme Par ta faille passe la lumière Ou l’ombre misérable. Pluriel des douleurs Prescription singulière Le pardon pour remède Être le soin d’autrui.

— Stéphen Moysan,
J'ai voulu dire ce que ça dit
}