Mise en lumière avec rage
D’une violence démentielle
Entre les lignes de l’orage
Une sombre vérité se révèle :

Noir est le cœur des nuages
Pleurant des larmes du ciel
Lorsqu’ils vivent naufrage
Dans les courants éternels !

Stéphen Moysan



Éternels Éclairs
Poésie Peinture


Biographie de William Blake (1757-1827)




William Blake - vu par Les éditions José Corti



Le temps a rendu justice à celui qui, longtemps considéré comme un fou, fut l’immense poète, graveur et visionnaire que l’on sait, – éternel enfant, éternel "primitif" que son ardeur imaginative, son lyrisme, sa violence condamnèrent à n’avoir de renommée que posthume. Autodidacte, Blake dénonce la raison tyrannique des philosophes, s’enflamme pour la révolution. Ses admirations sont aussi significatives que ses refus. Il préfigure quelques-unes des lignes de force du romantisme et goûte certains de ses grands intercesseurs, Swedenborg, Shakespeare, Dürer. Une vie intérieure puissante, une simplicité mystérieuse et désarmante guide son bras. Dans Le Mariage du Ciel et de l’Enfer, il proclame l’unité humaine, attaque la prudence et le calcul au nom de l’épanouissement de l’être réconciliant désir, sagesse et raison. L’amour comme la haine étant nécessaires à la vie, c’est le choc des contraires qui provoque le surgissement de la force créatrice et la progression de l’être individuel. Il oppose ainsi la raison à la vision intuitive, à laquelle va sa préférence. "L’astre Blake étincelle dans cette reculée région du ciel où brille aussi l’astre Lautréamont. Lucifer radieux, ses rayons revêtent d’un éclat insolite les corps misérables et glorieux de l’homme et de la femme" (Gide).


William Blake - La biographie détaillée



William Blake : Présentation


William Blake : Peintre, graveur et poète visionnaire anglais qui composa des recueils de poèmes illustrés d'un genre unique dans la littérature anglaise. Fils d'un bonnetier, il naquit le 28 novembre 1757 à Londres où il vécut la plus grande partie de sa vie. Il ne fréquenta pratiquement pas l'école mais lut énormément comme le prouve sa poésie qui laisse transparaître l'influence de la pensée de Jakob Böhme et du swedenborgisme. Enfant, il voulut devenir peintre et entra dans une école d'art, avant d'être placé à quatorze ans en apprentissage chez le graveur James Basire. Il étudia ensuite à la Royal Academy, non sans se rebeller contre les doctrines esthétiques néoclassiques de son président sir Joshua Reynolds. Il s'y lia d'amitié avec John Flaxman et Johann Heinrich Füssli, dont les recherches furent d'une profonde influence sur son travail esthétique. En 1784, Blake ouvrit son propre atelier de gravure mais après quelques années dut le fermer, faute de rentabilité. Il n'abandonna ni l'illustration ni la gravure ; aidé de son épouse, il imprima ses propres livres de poésie selon le procédé de la gravure enluminée, où les textes et les décors sont gravés à l'acide, les couleurs rajoutées à la main.

William Blake : Les début du Poète


Blake écrivit ses premiers poèmes à l'âge de douze ans et publia en 1783 un recueil intitulé Esquisses poétiques : ces vers de jeunesse, bien que précurseurs du style et des thèmes novateurs qu'il développa par la suite, ne trouvèrent guère de lecteurs. Plus populaire, Chants d'innocence (1789) contient des poèmes simples et lyriques, attestant d'une grande fraîcheur et d'une réelle spontanéité. Dans Chants d'expérience (1794), Blake exprime avec passion ses doutes sur la perfection humaine et la société. Une unité de style et un même sujet relient les deux recueils Innocence et Expérience sont ces deux états contraires de l'âme humaine que Blake dépeint dans deux poèmes indissociables, l'Agneau et le Tigre, symbolisant respectivement l'enfance innocente et le monde adulte corrompu et répressif. Par la suite, Blake s'attacha à développer l'idée selon laquelle il n'existe pas d'innocence véritable sans expérience, cette dernière étant elle-même transformée par la force créatrice de l'imagination.

William Blake et l'Art graphique


Avec les deux recueils de Chants, Blake commença à utiliser son célèbre procédé de gravure enluminée dont nous n'avons toujours pas saisi toutes les subtilités tant il est complexe. Il devait sans doute porter le texte et les illustrations de chaque poème sur une plaque de cuivre à l'aide d'un produit inattaquable par les acides, qui permettait aux lettres et aux illustrations d'apparaître en relief après trempage. Il appliquait alors de l'encre ou de la peinture à l'eau sur la plaque, tirait des épreuves et les finissait à l'aquarelle.

L'art graphique de Blake était, comme sa poésie, un défi aux conventions du XVIII ième siècle. En effet, revendiquant la supériorité de l'intuition mystique sur la raison, Blake estimait que les formes parfaites ne peuvent être reproduites que d'après les visions intérieures et non pas d'après l'observation de la nature. Son style linéaire et rythmique est lui aussi un pied-de-nez au style académique alors en vigueur qui prônait les aplats de couleur. Blake s'inspirait des sculptures qui ornaient les pierres tombales médiévales - qu'il avait recopiées lorsqu'il était apprenti - et du maniérisme. Il était également influencé par Michel-Ange, comme le prouvent les illustrations communément appelées L'ancien des jours, qui forment le frontispice de son poème Europe, une prophétie (1794).

Blake peignait essentiellement des sujets religieux, comme en témoignent ses illustrations des ouvrages de John Milton ou celles de John Bunyan comme le Voyage du pèlerin, ou bien encore vingt-et-une illustrations du Livre de Job pour la Bible. Il composa également des illustrations profanes pour une édition des poèmes de Thomas Gray et des aquarelles pour les Pensées nocturnes d'Edward Young.

William Blake : Une mythologie personnelle


Il s'agit d'une série de longs poèmes en vers de forme assez libre, écrits à partir de 1789. Ils constituent une véritable épopée de la création, des dieux et enfin de l'humanité. Blake y travailla pendant une trentaine d'années, et élabora à cette occasion une mythologie personnelle fort complexe, inventant ses propres personnages symboliques afin d'exprimer ses préoccupations sociales, comme Urizen qui incarne la moralité répressive et Orc le grand rebelle. Ceux-ci apparurent dans ses poèmes intitulés La Révolution Française (1971), L'Amérique (1793), et Les Visions des filles d'Albion (1793). Blake y condamne, comme dans Europe, une prophétie (1794), la tyrannie sociale et politique de son temps. Il aborde également le thème de la tyrannie théologique dans le Livre d'Urizen (1794) et traite du cycle infernal engendré par l'exploitation commune des sexes dans Le voyage mental (1803). Au nombre des Livres prophétiques se trouve le volume intitulé Le Mariage du ciel et de l'enfer (1790-1793), où Blake recherche l'unité de l'âme et du corps, de Dieu et de l'Homme tout en les opposant en des contrastes forts. Pour Blake, " sans contraires il n'y a pas de progression possible ". Il cultive le paradoxe comme une force poétique.

En même temps, il faisait figurer, à plusieurs expositions de l'Académie royale, des peintures allégoriques, historiques et religieuses. En 1797, il entreprit une édition illustrée par lui des Nuits de Young, qu'il laissa inachevée, puis il alla vivre à Felpham, auprès du poète William Hayley, faisant des dessins pour celui-ci, et peignant quelques portraits, et ne revint à Londres qu'au bout de trois ans. Ses quarante dessins gravés par Schiavonetti pour une édition du poème La Tombe (1808) de Blair furent très admirés, de même que sa grande estampe le Pèlerinage de Canterbury (1809).

Grâce au mécénat de Willam Hayley, Blake put habiter la ville côtière de Felpham entre 1800 et 1803. Il y composa, dans la continuité des Livres prophétiques, de grandes épopées visionnaires rédigées en vers libres et gravées à l'eau-forte entre 1804 et 1820. Ces œuvres de maturité, ne comprenant ni actions, ni personnages, ni rythmes, ni mètres traditionnels, requièrent un nouveau mode de lecture et furent écrites, dans l'esprit du poète, en prévision d'une nouvelle forme de conscience plus élevée qui permettrait à l'esprit humain de dominer la raison.

William Blake : Regard sur l'Oeuvre


Blake a été qualifié de préromantique parce qu'il rejetait le style littéraire et la pensée néoclassique ; il fut en butte toute sa vie avec les valeurs de l'Angleterre du XVIII ième siècle. Mais, de son propre aveu, il demeure inclassable comme penseur et poète : " Je dois créer un système qui me soit propre ou bien être l'esclave de celui de quelqu'un d'autre. " Non-conformiste à l'extrême, Blake comptait dans ses relations des libres-penseurs anglais tels que Thomas Paine et Mary Wollstonecraft. Mystique, il soutint la Révolution française au nom d'une foi libératrice de toutes les oppressions. Soumis depuis son plus jeune âge à des visions mystiques, il semble en tirer la force intérieure de son style mais aussi un certain hermétisme. La limpidité des Chants de l'innocence et de l'expérience, leur émerveillement mais aussi leur révolte contre l'Église et la société - destructrices de la pureté de l'amour humain - en font son œuvre la plus lue. Les Livres prophétiques, s'ils constituent l'œuvre de maturité de l'artiste, rebutèrent la plupart des lecteurs par leur hermétisme, leur monotonie, le manque de discipline et d'unité dans le style, malgré des moments d'intenses et grandioses visions. Certains critiques virent pourtant dans cet ensemble monumental, dans la complexité et la modernité de sa mythologie, une anticipation de la psychanalyse.


P. Delorme


* Biographie présentée par Stéphen Moysan.



Merci à vous d'être venu(e) lire
la biographie de William Blake
sur les Éternels Éclairs.