Mise en lumière avec rage
D’une violence démentielle
Entre les lignes de l’orage
Une sombre vérité se révèle :

Noir est le cœur des nuages
Pleurant des larmes du ciel
Lorsqu’ils vivent naufrage
Dans les courants éternels !

Stéphen Moysan



Éternels Éclairs
Poésie Peinture


Biographie de Salvador Dali (1904-1989)



Salvador Dali : Peintre né le 11 mai 1904 à Figueras, petite ville de la province catalane de Gérone située dans le nord de l’Espagne, où il mourra égalament le 23 janvier 1989 d'une défaillance cardiaque. Il était le fils de Felipa Doménech et de Salvador Dali notaire de Figueras. On disait de son père que c’était un homme autoritaire et qu’il avait causé la mort du frère aîné de Dali, appelé également Salvador, né en 1901 et décédé deux années plus tard. Les parents de Dali furent très troublés ; par la suite ils comparèrent les deux enfants et habillèrent Salvador avec les vêtements de son aîné, lui donnant les mêmes jouets et le traitant comme la réincarnation de leur fils mort et non comme un individu à part entière.

Dali fit sa scolarité à Figueras où il apprit peu mais qui lui laissa certaines images ( comme L’angélus de Millet, dont une reproduction était accrochée au mur, ou les cyprès qu’il voyait par la fenêtre de la classe ) qui réapparaîtront souvent dans ses peintures. Dali reçut aussi les encouragements d’un ami de son père, Pepito Pixtot dont le frère, Ramon, était un peintre impressionniste qui vivait à Paris et était connu de Picasso. L’intérêt de Dali pour l’impressionnisme cède le pas à une recherche dans le domaine de la couleur. À quatorze ans, pendant l’été de 1918, Dali présenta publiquement ses premiers tableaux dans une exposition des artistes locaux au Théâtre municipal de Figueras.

En 1922, Salvador Dali entre à l'École des beaux-arts de Madrid. Pendant son séjour à la Residencia de Estudiantes, il se lie d'amitié avec le poète Federico García Lorca et le cinéaste Luis Buñuel, avec lesquels il mène à bien de nombreux projets artistiques d'avant-garde. D'abord influencé par le futurisme, puis par le cubisme en 1925. Il fut exclu un peu plus tard pour un an au motif d'indiscipline. Pendant cette période il est influencé par les futuristes italiens et Eugène Carrière ; il peint des toiles cubistes dans sa chambre. C'est à cette époque que Breton a constitué, avec Picabia, Max Ernst et Man Ray le premier groupe surréaliste parisien. Après son retour à l’école, il montre de plus en plus d’intérêt pour le cubisme. Dali était à la recherche d’un style capable d’exprimer son moi le plus profond, mais il ne l’avait pas encore trouvé. En avril 1925 c’est le premier séjour de Lorca, pour qui Dali ressent une amitié et une complicité grandissante, à Cadaqués. Alors qu’en novembre, c’est la première exposition personnelle de Dali qui se déroule à la Galerie Dalmau à Barcelone, à l’occasion de laquelle Picasso et Miro commenceront à s’intéresser à ses travaux.

En avril 1926, Dali fit son premier voyage à Bruxelles et à Paris, où il rendit visite à Picasso qui fut très impressionné par les œuvres qu’il lui montra. Dali est définitivement exclu « volontairement » de l’école des Beaux-arts, une semaine avant les épreuves pour l’obtention du diplôme. Son père est contraint de subvenir à ses besoins d’artiste. Dali commence à accomplir son service militaire en février 1927.

De cette époque datent quelques-unes des œuvres qui feront de lui l'un des plus hauts représentants du Surréalisme, tel Le grand masturbateur, Le spectre du sex-appeal, Le jeu lugubre et Persistance de la mémoire.

C'est lors de son deuxième voyage à Paris en 1929, à l’occasion du tournage du film de Buñuel Un chien andalou, auquel Dali participa vivement au scénario, que Miro l’introduisit dans le groupe surréaliste. Il rencontra pour la première fois la jeune russe Helena Diakonova, Gala, qui est alors la femme de son ami Paul Éluard, un poète surréaliste. Dali invita le couple Éluard à Cadaqués dès l’été dans son refuge de Portlligat. Pendant ce court séjour, Gala et Dalí s'éprennent l'un de l'autre et Gala prend une décision ferme : " Nous ne nous séparerons plus ". Elle le guérira de ses violentes crises nerveuses et deviendra pour le reste de sa vie son modèle et son inspiratrice. Alors s’amorce la période la plus féconde et la plus inventive de la carrière de Dalí qui se déroulera, sous les auspices du surréalisme, entre Paris, l’Espagne et les États-Unis

En juillet 1936, la Guerre civile éclata en Espagne. Dali avait anticipé le conflit dans Prémonition de la guerre civile, et peu après il peignit Cannibalisme d’automne. Lorca fut assassiné par les fascistes à Grenade, le 19 août 1936. Dali fuit la guerre et s’installe en Italie où il approfondit ses connaissances sur la Renaissance et le Baroque. Il rend visite à Freud à Londres en 1938, visite qui donnera lieu à des portraits de Freud, et dans lesquels Dali compare le crâne de son modèle à un escargot. Dali repart pour New York pour exposer à la Julien Lévy Gallery en 1939. En novembre, le premier ballet paranoïaque a lieu au Metropolitan Opera House, la musique est composée par Richard Wagner et les décors sont de Dali.

Le peintre quitte Paris pour le sud-ouest de la France. À partir de cette année, Dali s’écartera totalement du surréalisme. Puis très peu de temps après, Gala et Dali quittent à nouveau l’Europe et vont s’installer en Virginie, pendant toute la durée de la guerre. La période américaine de Dali fut des plus actives. Il y écrit La vie secrète de Salvador Dalí et travaille pour le cinéma, le théâtre, l'opéra et le ballet. Des années quarante datent des œuvres aussi importantes que Autoportrait mou avec lard grillé, Corbeille de pain. Le peintre menant la grande vie et fondant sa réussite sur le fait qu’une nouvelle classe fortunée se créait. En collaboration avec le Duc de Verdura, Dali réalise ses premiers bijoux, inspirés de ses souvenirs nostalgiques de la Renaissance. C'est ainsi qu'il crée une broche en or avec émeraude et alexandrite Le cygne de Léda, puis à l'aide d'une pépite d'or de rubis et diamants, émeraude il crée le coeur royal , puis l'oeil du temps et une montre en or l'éléphant spatial. C’est à la suite de ces événements que Breton dénonça l’esprit un peu trop « commerçant » de Dali. En conséquence Dali est radié du groupe surréaliste.

Pour Dali commence une nouvelle étape au cours de laquelle il tirera son inspiration des grands thèmes de la tradition occidentale. L’élément religieux fait irruption dans l’oeuvre du peintre en 1949. Au cours de l’année 1958 et de la suivante, Dali étudie à fond les peintres du passé ( en particulier l’oeuvre de Vélasquez ) ainsi que les thèmes religieux et historiques occidentaux. Il se lance aussi dans l’art « optique », recherchant sans trêve des effets et des illusions d’optique. L'histoire et la science deviennent la thématique centrale d'une bonne part de ses œuvres, de grand format pour la plupart. Il peint alors certaines de ses toiles les plus célèbres : Christ de saint Jean de la Croix, Galathée aux sphères, Corpus Hypercubus, La découverte de l'Amérique par Christophe Colomb et La cène.

Le 8 août 1958 Dali et Gala se marient à la Chapelle des anges en Espagne. En mai 1959, Dali rend visite au Pape Jean XXII au Vatican. En décembre, il présente au Palais de Glace l’Ovocipède Moyen de transport révolutionnaire consistant en une sphère de plastique creuse pouvant contenir un passager.

En 1963, Le mythe tragique de L’angélus de Millet est publié trente ans après que Dali l’eut achevé. Au mois de mai de l’année suivante, se fut la publication du Journal d’un génie. Puis en septembre, une grande rétrospective de Dali a lieu à Tokyo.

Pendant la dernière partie de sa vie, Dali fut comblé d’honneurs, notamment en 1972, il fut élu membre associé étranger de l’académie des beaux-arts de l’institut de France. Mais sur le plan personnel, ce furent pour le peintre de tristes années. Il souffrait de divers troubles, Dali et Gala se remettaient lentement d’une maladie contractée pendant l’hiver 1981 à New York. De plus, Dali était terrifié par la mort. Sentimentalement, il était aussi de plus en plus isolé, et ses relations avec Gala se détérioraient sans cesse. Elle restait cependant le centre de l’univers émotionnel du peintre le 10 juin 1982, Gala mourut à Pubol. Dali en fut très affecté.

Dali part le 10 juillet pour le château de Pubol, où il décida de se retirer. Il y poursuivit son activité de peintre, qu’il abandonnera définitivement au début de 1983, sa dernière œuvre fut La queue d’Aronde. Au cours des années qui suivirent, il sera victime de plusieurs crises cardiaques, ce qui aggravera considérablement son état de santé. Salvador Dali mourut le 23 janvier 1989 à la Torre Galatea de Figueras à la suite d’une nouvelle crise. Selon sa volonté, il est enterré près du théatre-musée Dali.


* Biographie du site Art Déco. Présentée par Stéphen Moysan.




Merci à vous d'être venu(e) lire
la biographie de Salvador Dali
sur les Éternels Éclairs.