Mise en lumière avec rage
D’une violence démentielle
Entre les lignes de l’orage
Une sombre vérité se révèle :

Noir est le cœur des nuages
Pleurant des larmes du ciel
Lorsqu’ils vivent naufrage
Dans les courants éternels !

Stéphen Moysan



Éternels Éclairs
Poésie Peinture


Bienvenue à qui aime la Poésie



« Il faut être voyant, se faire voyant. Le Poète se fait voyant par un long, immense et raisonné dérèglement de tous les sens. Toutes les formes d'amour, de souffrance, de folie ; il les cherche en lui-même, il épuise en lui tous les poisons, pour n'en garder que les quintessences. Ineffable torture où il a besoin de toute la foi, de toute la force surhumaine, où il devient entre tous : le grand malade, le grand criminel, le grand maudit, - et le suprême Savant ! Car il arrive à l'inconnu ! Puisqu'il a cultivé son âme, déjà riche, plus qu'aucun ! Il arrive à l'inconnu, et quand, affolé, il finirait par perdre l'intelligence de ses visions, il les a vues ! Qu'il crève dans son bondissement par les choses inouïes et innommables : viendront d'autres horribles travailleurs ; ils commenceront par les horizons où l'autre s'est affaissé ! »

* Extrait de la Lettre du voyant,
Arthur Rimbaud.

Stéphen Moysan
Stéphen Moysan

L'Efflorescence d'un adieu
L'Efflorescence d'un adieu



Jeu de poèmes (SMJ)

Guillaume Apollinaire
Apollinaire

Louis Aragon
Aragon

Antonin Artaud
Artaud

Théodore de Banville
Banville


Charles Baudelaire
Baudelaire

Nérée Beauchemin
Beauchemin

François Coppée
Coppée

Joachim du Bellay
Du Bellay


Théophile Gautier
Gautier

Victor Hugo
Hugo

Jean de la Fontaine
La Fontaine

Alphonse de Lamartine
Lamartine

Stéphane Mallarmé
Mallarmé

Pierre de Marbeuf
Marbeuf

Jim morrison
Morrison

Alfred de Musset
Musset

Gérard de Nerval
Nerval

Sully Prudhomme
Prudhomme

Rainer Maria Rilke
Rilke

Arthur Rimbaud
Rimbaud

Pierre de Ronsard
Ronsard

Jules Supervielle
Supervielle

Paul Verlaine
Verlaine

Autres Poètes
X Poètes