Mise en lumière avec rage
D’une violence démentielle
Entre les lignes de l’orage
Une sombre vérité se révèle :

Noir est le cœur des nuages
Pleurant des larmes du ciel
Lorsqu’ils vivent naufrage
Dans les courants éternels !

Stéphen Moysan



Éternels Éclairs
Poésie Peinture


Biographie de Antonin Artaud (1896-1948)




Antonin Artaud - Le résumé de sa vie



Antonin Artaud, de son vrai nom Antoine Marie Joseph Artaud, est un poète, romancier, acteur, dessinateur et théoricien du théâtre français, né en 1896. Inventeur du concept du « théâtre de la cruauté » exprimé dans Le Théâtre et son double (1938), Artaud aura tenté de transformer de fond en comble ces différents genres littéraires. Par la poésie, la mise en scène, la drogue, les pèlerinages, le dessin et la radio, chacune de ces activités a été un outil entre ses mains, « un moyen pour atteindre un peu de la réalité qui le fuit. » Souffrant de maux de tête chroniques depuis son adolescence, qu'il combattra par de constantes injections de médications diverses, la présence de la douleur influera sur ses relations comme sur sa création. Il sera interné en asile près de neuf années durant, subissant de fréquentes séries d'électrochocs. Déçu par le théâtre qui ne lui propose que de petits rôles, Artaud espère du cinéma une carrière d'une autre envergure qu ne viendra pas. Atteint d'un cancer diagnostiqué trop tard, Antonin Artaud meurt le matin du 4 mars 1948.


Antonin Artaud - La biographie détaillée



Antonin Artaud : Sa jeunesse


Antonin Artaud : Né le 4 Septembre 1896, a une enfance banale. Issu d’une famille aisée, il vit protégé, choyé et aimé par les siens. Son père, un capitaine au long cours était français. Sa mère était originaire d’Izmir (Turquie). Artaud reçoit une éducation religieuse chez les pères maristes. Il est passionné par le grec, le latin et l’histoire ancienne. Enfant, il est atteint d'une maladie, la méningite, qui constitue un sérieux handicap. Tout au long de sa vie, il doit cohabiter avec ses crises.

Antonin Artaud et les Surréalistes


En 1920, Antonin Artaud, se portant mieux, s’installe à Paris. Il veut devenir à la fois poète, comédien et dessinateur. De ce fait, il envoie son premier recueil de poésie TricTrac du Ciel (publié en 1923) à Jacques Rivière, directeur de la Nouvelle Revue Française (NRF). Ce dernier refuse le manuscrit. De ce refus, résulte une correspondance mémorable entre les deux hommes. Rivière publie les lettres dans la NRF puis suivent L’Ombilic des Limbes (Paris, 1925), Le Pèse-Nerfs (Paris, 1925), Fragments d’un Journal d’Enfer (Marseille, 1927).

Les débuts de la période parisienne marquent également pour Antonin Artaud sa rencontre avec le mouvement des surréalistes, dont il devient même le directeur à la Centrale du bureau des recherches. Cette période est très prolifique. Il écrit des scénarii de films ainsi que des poèmes en prose. Plusieurs de ses textes sont publiés dans La révolution surréaliste, l’organe du groupe surréaliste. Le 10 décembre 1926, une adhésion au parti communiste est envisagée. Antonin Artaud claque la porte, tournant le dos à la révolution politique.

Antonin Artaud : Les débuts au théâtre


Ses débuts sont discrets dans le monde du théâtre. Avant de fonder définitivement sa compagnie, il fait quelques escales sur des scènes réputés où il cotoie des auteurs et des directeurs de théâtre. En effet, il collabore avec quelques grands noms dont Lugné-Poe, le directeur du Théâtre de l'Œuvre (1920), puis Charles Dullin le Théâtre de l'Atelier ou Georges et Ludmilla Pitoëff à la Comédie des Champs-Élysées . Ces expériences lui sont bénéfiques.

En 1923, il s’associe à Roger Vitracet Robert Aron pour fonder le Théâtre Alfred Jarry, où se jouent entre autres Les Mystères de l'amour de Vitrac, Ventre brûlé ou la Mère folle d'Artaud et en guise de dernière représentation Victor ou les enfants au pouvoir (1928). Cette expérience inachevée est une déception pour Antonin Artaud. Finalement, il se réconcilie avec les surréalistes.

Antonin Artaud : Le théâtre de la cruauté


Dès les années 1920, Antonin Artaud annonce les prémices de ce qui devient par la suite le concept du Théâtre de la cruauté. Affichant sa volonté de révolutionner la littérature, il balaye toute idée d’une éventuelle soumission au texte ou à l’auteur dans la mise en scène. Sa pensée prend concrètement forme, en 1932, dans les deux manifestes du Théâtre de la Cruauté. Plus tard, en 1938, sont publiées des conférences rassemblées dans un ouvrage Le Théâtre et son double.

La mise en application de sa théorie est un échec. La pièce Les Cenci n'est jouée qu’une dizaine de fois. Antonin Artaud considére le cinéma comme un lot de consolation suite à ses diverses expériences infructueuses et décevantes. C'est son cousin Louis Nalpas, directeur artistique de la Société des Cinéromans, qui l’introduit dans le milieu. Grâce à lui, il joue ainsi dans Surcouf, le roi des corsaires de Luitz-Morat (1925) et dans un court-métrage Fait divers (1925), de Claude Autant-Lara. Il fait, surtout, la connaissance d'Abel Gance. L’entente entre les deux hommes est excellente. Le réalisateur lui promet même le rôle de Marat dans Napoléon (1927). La même année, il interpréte le personnage du moine dans La passion de Jeanne d'Arc de Dreyer et participe au très controversé film-documentaire de Léon Poirier Verdun, Visions d'Histoire.

Parallèlement, Antonin Artaud écrit des scénarii. Un seul est adapté à l’écran par Germaine Du lac La Coquille et le clergyman. La réalisation déçoit énormément l’auteur. Cependant, il tourne encore quelques films jusqu’en 1935.

Antonin Artaud : Des hôpitaux à la mort


Avec le temps, la maladie a raison de lui, condamnant son esprit et ravageant son corps. L’existence d’Antonin Artaud est ponctuée par des séjours en hôpitaux psychiatriques. En 1936, il rentre transformé de son voyage au Mexique. Il était parti à la découverte de la tribu des Tarahumaras, il en revient fou. Il est interné plus de neuf ans dans différents établissements.

Il en sort, en 1946 et s’installe à Paris dans une clinique spécialisée. En 1947, il se distingue par une représentation au Théâtre du Vieux-Colombier. Antonin Artaud, ombre de lui-même, est magistral et malgré les dégâts physiques, envoute le public. La même année, il enregistre pour la radio avec la participation de Maria Casarès, Paule Thévenin et Roger Blin Pour en finir avec le Jugement de dieu. Le programme est censuré pour propos outrageux. Il sera publié après sa mort en avril 1948.

Le 4 mars 1948, Antonin Artaud décède. Peu avant sa mort, il rédige en un mois son livre testament Van Gogh le suicidé de la société (1947) dans lequel, à l’instar du peintre, il revendique son statut d’aliéné et rejette toute forme de conformisme.

A la littérature française, Antonin Artaud laisse un patrimoine non négligeable. Aujourd’hui, ses théories longtemps décriées concernant le théâtre sont considérées comme les bases du théâtre européen contemporain. Sa poésie est encensée chaque année. Un prix porte même son nom : le prix Antonin Artaud, remis à l’occasion des Journées de la Poésie de Rodez, ville de son dernier internement.

* Biographie Première. Présentée par Stéphen Moysan.






Découvrez aussi sur ce site



Les Poètes








Stéphen Moysan





L’instant en sa présence
A des allures d’éternité

Passionnément intense
On se doit de l’honorer
Elle est la quintessence
Sacrée des sens éclairés
Intime du grand silence
Elle sait le faire parler





Jeu de poèmes (SMJ)





Merci à vous d'être venu(e) lire
La biographie d'Antonin Artaud
sur les Éternels Éclairs.