Mise en lumière avec rage
D’une violence démentielle
Entre les lignes de l’orage
Une sombre vérité se révèle :

Noir est le cœur des nuages
Pleurant des larmes du ciel
Lorsqu’ils vivent naufrage
Dans les courants éternels !

Stéphen Moysan



Éternels Éclairs
Poésie Peinture


Biographie d'El Greco (1541-1614)




El Greco - Le résumé de sa vie



De son vrai nom Domenikos Theotokopoulos, El Greco (né à Candie, en Crète, en 1541) commence à étudier la peinture dans sa ville natale, réalisant ses premières oeuvres dans un style byzantin classique. Elève de Titien de 1566 à 1570 à Venise, il est aussi influencé par Le Tintoret, puis par d'autres peintres de la Renaissance, durant les six années suivantes, qu'il passe à Rome. Installé à Tolède en 1577, il produit l'Assomption de la Vierge qui marque un tournant dans sa carrière, avec une utilisation des couleurs non normative et une étude de l'espace différentes des usages italiens. Il soumet quelques oeuvres au roi Philippe II, et travaille aussi pour la cathédrale de Tolède. C'est en 1586 qu'il réalise le chef-d' oeuvre L'Enterrement du conte Orgaz, pour l'église de Santo Tomé. Son art prend alors toute sa mesure, avec des distorsions figuratives et des espaces vides caractéristiques. Passionné de littérature, excentrique et érudite, El Greco marque son temps et le patrimoine culturel européen de ses oeuvres particulièrement intenses.


El Greco - La biographie détaillée



El Greco : Premières œuvres à Venise et Rome


El Greco : « Domenikos Theotokopoulos, dit le Greco, est né à Candie, en Crète (alors protectorat de la république de Venise), en 1541. On ne sait rien de sa formation avant son arrivée à Venise, après 1566. Sans doute fut-il peintre d'icônes : à cette époque, en Crète, on pratiquait une peinture vénéto-byzantine dont il reprit parfois l'esthétique épurée et spiritualisante.

Vers 1566, le Greco s'installa à Venise, où il collabora à l'atelier de Titien jusqu'en 1570. Son intérêt pour la peinture du Tintoret est visible dès ses premières œuvres vénitiennes, comme la Guérison de l'aveugle (Gemäldegalerie, Dresde). Il s'agit alors d'une recherche sur la construction des volumes par groupes de figures, dans laquelle l'artiste refuse d'isoler les différents éléments picturaux.

Son travail subit une profonde évolution lors de son séjour à Rome, de 1570 à 1576, pendant lequel il côtoya les maniéristes tardifs Sermoneta, Taddeo Zuccari et surtout Muziano, l'un des rares Vénitiens actifs dans la capitale de l'État ecclésiastique à cette époque. Outre une Annonciation (musée du Prado, Madrid), l'œuvre la plus caractéristique de cette période reste Le Christ chassant les marchands du Temple (Institut d'art, Minneapolis) dans laquelle on trouve les portraits de Titien, de Michel-Ange et de Giulio Clovio, le miniaturiste et enlumineur dalmate avec lequel le Greco était en contact en Italie. La Pietà du musée de Philadelphie (avant 1577) révèle, en revanche, les éléments fondamentaux de la personnalité artistique du Greco : les plans sont nettement divisés par un schéma d'aspect plutôt géométrique.

El Greco : Période espagnole


Rome, il rencontra plusieurs artistes espagnols associés à l'église de Tolède, qui semblent l'avoir persuadé de se rendre en Espagne, où la décoration de l'Escorial était en chantier. En 1576, il quitta l'Italie et, après un bref séjour à Madrid, il arriva à Tolède au printemps de l'année 1577. Il commença rapidement à travailler sur ses premières commandes espagnoles, réalisant pour l'église de San Domingo el Antiguo une série de tableaux aujourd'hui répartie entre Madrid et Chicago. Dans l'Assomption de la Vierge (Art Institute, Chicago), destinée au maître-autel, on trouve des architectures qui évoquent la ville de Venise. Mais il s'agit là d'un italianisme limité à des citations iconographiques ; l'art du Greco prenait alors un chemin plus personnel.

Le Greco contribua de façon épisodique aux commandes artistiques du roi Philippe II qui achevait en 1582 les travaux du monastère-palais royal de l'Escorial, près de Madrid. Le Martyre de saint Maurice (Escorial) démontre combien la peinture qu'il présentait était en contraste avec les goûts de la cour, qui préférait faire appel aux maniéristes italiens. (En guise de caution artistique, ceux-ci parvenaient à Madrid couronnés des lauriers de la gloire romaine.) L'enchaînement continu des figures et le désintérêt à détailler l'environnement de celles-ci provoquent sur le spectateur une impression de dynamisme circulaire, dans lequel la scène-événement est reléguée à un second plan latéral.

Le Greco travailla également pour la cathédrale de Tolède : le Christ dépouillé de sa tunique (1577-1579), pour la sacristie, représente le Christ dans une robe rubis entouré par ses ravisseurs. Cette œuvre fit l'objet d'un procès (le premier de toute une série), intenté par l'artiste contre ses commanditaires, qui désiraient baisser son prix. Durant cette époque, le Greco composa surtout des œuvres d'inspiration religieuse, comme le Christ portant la croix (musée du Prado).

El Greco : Émergence d'un maître espagnol


En 1586, le Greco peignit l'un de ses plus grands chefs-d'œuvre, l'Enterrement du comte d'Orgaz, pour l'église de Santo Tomé à Tolède. Cette œuvre, toujours en place, figure le miracle du ravissement de l'âme d'un noble de Tolède du XIVe siècle auprès de saint Étienne et de saint Augustin. Au-dessus de la tombe, l'âme du comte s'élève vers un ciel peuplé d'anges, de saints et de personnages contemporains. La lumière colorée met en évidence les figures participant au moment du passage entre la vie terrestre et l'immatériel. C'est une peinture empreinte d'une forte spiritualité que tous les moyens techniques doivent servir. On ressent ici clairement une atmosphère mystique, proche de celle présente dans les écrits de sainte Thérèse d'Ávila ou de saint Jean de la Croix.

Le Greco était un peintre lettré, ami des poètes Luis de Góngora et Fray Hortensio Felix de Paravicino, dont il peignit le portrait vers 1610 (Museum of Fine Arts, Boston). Il peignit également une Vue de la ville de Tolède (Metropolitan Museum of Art, New York), aux couleurs sombres et au caractère assez topographique, et un Saint Martin partageant son manteau avec un pauvre (National Gallery of Art, Washington), caractéristique de sa manière expressive et solennelle.

El Greco : Dernières œuvres


Les dernières œuvres semblent témoigner d'une volonté de l'artiste d'aller vers une plus grande simplification, au service d'une exaltation quasi mystique. La figuration est abrégée, voire réduite à l'essentiel nécessaire à l'identification. L'espace, géométrique, morcelé, ainsi que les figures sont traités de manière globale. Les lumières paraissent presque irréelles. Le Laocoon (National Gallery, Washington), l'un des rares tableaux au sujet mythologique que l'artiste ait réalisés, atteste ces préoccupations, ainsi que la décoration de la chapelle Saint-Joseph de Tolède Saint Joseph et l'Enfant Jésus (1597-1599).

Le Greco mourut à Tolède le 7 avril 1614, et fut enterré à Santo Domingo el Antiguo. C'est l'un des maniéristes les plus appréciés du public aujourd'hui. Sa recherche, fondamentalement ancrée dans les préoccupations esthétiques du XVIe siècle, est souvent interprétée à tort comme une anticipation de la démarche abstraite du XXe siècle. »


* Biographie de l'Encyclopédie Encarta présentée par Stéphen Moysan.



Merci à vous d'être venu(e) lire
la biographie d'El Greco
sur les Éternels Éclairs.