Merci à vous de visiter ce site



    * Dernières nouveautés



Éternels Éclairs
Poésie Peinture

Pèlerin marin

Joyau des écumes d’or
À la nacre multicolore
Trouvé sur les coraux,
L’ocre coquillage salin
Ténor des flots marins
Fredonne la vie de l’eau,
Au rythme des courants
Sillonnant dans l’océan
Il fut verni de son trésor,
C’est tout incroyablement
Un passe-passe de l’instant
Quand sa berceuse m’endort,
Tour à tour je passe le mien
J’adore qu’elle me dise viens
La mélodie de ce pèlerin.

Stéphen Moysan
Impressions naives

Soir d'océan

En ondes sonores
Par flots audibles
Encore et encore,
Ecumant les ports
À la houle paisible
L’océan s’endort !
Plein de mystères
Comme l’invisible
Du fond de la mer,
Gardien de trésors
Il rêve au possible
D’un vent libertaire.

Stéphen Moysan
Impressions naives

Mirages obscurs

Dans l'obscurité des cieux
Un jeune garçon anxieux
Ne voit que des ombres,

Il le devine lui qui veille
Que seul le grand Soleil
N’a pas de coté sombre,

Alors partout il demande
Et toujours il redemande
D’allumer l’Astre de feu !

Jusqu’au jour où une nuit
L’illuminera de sa magie
Sous l’œil de la lune bleue.

Stéphen Moysan
Impressions naives

Levée du jour

La nature en louanges
Roule sa voix d’ange
Aux frissons de l’âme,

Et dans l’azur orange
En de savants mélanges
Les nuages s’enflamment,

Rayonnant sur la lagune
Mille éclats de fortune
Des monts et merveilles,

À l’ombre nue des dunes
En un clin d’œil de lune
Le dieu du feu s’éveille.

Stéphen Moysan
Impressions naives

Juillet

Tout à la joie
en son émoi
de nous offrir
Jamais ingrat
ce bon pacha
de son élixir.

Sois témoin
Fin de juin
des ardeurs
Aux recoins
des festins
du bonheur.

Avec chaleur
dans le cœur
des convives
Voilà Juillet
et son relais
qui s’active.

Stéphen Moysan
Impressions naives

Lucien le lutin

Lucien le lutin
Cache sa misère
D’âme de pierre,

Ce petit malin
Place au jardin
Secret en terre,

On doit le dire :
Devenir humain
C’est son martyr,

Comme un destin
Dont on sait bien
Qu’il fait souffrir,

Lucien le lutin
Est un mondain
Qui veut grandir,

Mais il est nain
Qui fuit au loin
De ses mystères.

Stéphen Moysan
Impressions naives



Où voir ma princesse
Quand je n’ai de cesse
De toujours la chercher,

Où vit cette promise
Que mon Amour vise
En sa froide obscurité,

Connaîtrais-je passion
Plus forte que la raison
Qui saurait perdurer,

N’est-ce pas mensonge
La dame à qui je songe
Et qui me fera rêver,

En pensant à elle

Stéphen Moysan
Impressions naives

À la jeune inconnue

Sa longue chevelure épis de blé,
Tressée en couettes sur les cotés,
Balayait sa nuque d’un feu d’or.

Sur ses épaules pleines d’étoiles
Rousses et discrètement idéales
Se couchait la bise de l’aurore.

Elle était belle, oui, la demoiselle,
Je n’avais d’yeux que pour Elle,
Souvent, le soir, j’y songe encore.

Comment lui demander son nom,
Sans rompre la grâce de l’illusion,
Ni même les charmes de son ciel ?

De cela jamais rien je n’en saurai,
Mais il est certain comme mon regret,
Que jamais non, je ne l’oublierai.

Stéphen Moysan
Impressions naives


« Éternels Éclairs : Sources de poésies »


Webdesigner : Mathieu Jacomy    -    Webmaster : Stéphen Moysan
Contact : stephen.moysan@gmail.com


Partenaires référencement