Mise en lumière avec rage
D’une violence démentielle
Entre les lignes de l’orage
Une sombre vérité se révèle :

Noir est le cœur des nuages
Pleurant des larmes du ciel
Lorsqu’ils vivent naufrage
Dans les courants éternels !

Stéphen Moysan



Éternels Éclairs
Poésie Peinture

Stéphane Mallarmé de A à Z




Cliquez sur la première lettre du titre du poème que vous recherchez



alphabet papillon lettre a alphabet papillon lettre b alphabet papillon lettre c
alphabet papillon lettre d alphabet papillon lettre e alphabet papillon lettre f alphabet papillon lettre g alphabet papillon lettre h
alphabet papillon lettre i alphabet papillon lettre j alphabet papillon lettre k alphabet papillon lettre l alphabet papillon lettre m
alphabet papillon lettre n alphabet papillon lettre o alphabet papillon lettre p alphabet papillon lettre q alphabet papillon lettre r
alphabet papillon lettre s alphabet papillon lettre t alphabet papillon lettre u alphabet papillon lettre v alphabet papillon lettre w
alphabet papillon lettre x alphabet papillon lettre y alphabet papillon lettre z

*Lettrines photographiées sur des ailes de papillons par Kjell Sandved.







Éloge à Stéphane Mallarmé



« Avant de mourir, Baudelaire avait lu les premiers vers de Mallarmé ; il s'en inquiéta ; les poètes n'aiment pas à laisser derrière eux un frère ou un fils ; ils se voudraient seuls et que leur génie pérît avec leur cerveau. Mais M. Mallarmé ne fut baudelairien que par filiation ; son originalité si précieuse s'affirma vite ; ses Proses, son Après-midi d'un Faune, et ses Sonnets vinrent dire, la merveilleuse subtilité de son génie patient, dédaigneux, impérieusement doux. Ayant tué volontairement en lui la spontanéité de l'être impressionnable, les dons de l'artiste remplacèrent peu à peu en lui les dons du poète ; il aima les mots pour leur sens possible plus que pour leur sens vrai et il les combina en des mosaïques d'une simplicité raffinée. On a bien dit de lui qu'il était un auteur difficile, comme Perse ou Martial. Oui, et pareil à l'homme d'Andersen qui tissait d'invisibles fils, M. Mallarmé assemble des gemmes colorées par son rêve et dont nous n'arrivons pas toujours à deviner l'éclat. Mais il serait absurde de supposer qu'il est incompréhensible ; le jeu de citer tels vers, obscurs par leur isolement, n'est pas loyal, car, même fragmentée, la poésie de M. Mallarmé, quand elle est belle, le demeure incomparablement [...] »

* Rémy de Gourmont


Autres pages du même auteur : La Biographie - Le Florilège de poèmes